2020 : premiers bilans pour les entretiens professionnels

Les lois de 2014 et de 2018 sur la formation professionnelle rendent obligatoire la mise en œuvre d’un entretien professionnel au moins une fois tous les deux ans.

Cette mesure s’applique pour toutes les entreprises quelque soit leur taille et tous les salariés quelque soit leur contrat.

En complément des entretiens prévus tous les deux ans, l’entretien professionnel remplace les entretiens précédemment obligatoires (entretien deuxième partie de carrière, retour de congé maternité…).

Quel est le contenu de l’entretien professionnel ?

L’entretien professionnel n’est pas et ne peut pas être un entretien d’évaluation. Il ne peut donc pas remplacer l’entretien annuel ou se confondre avec lui.

L’entretien professionnel vise à échanger autour du projet professionnel individuel du collaborateur. L’employeur doit également informer ses salariés sur leur CPF – Compte Personnel de Formation.

Pour l’entreprise :

L’entretien professionnel permet de faire le lien entre l’évolution de l’entreprise, de ses objectifs, de son projet et ce que cela implique en termes de changement pour le salarié (nouvelles compétences, nouvelles missions, etc.).

Cet entretien permet ainsi de faire le point sur le parcours du salarié, ses besoins (en particulier de formation) et ses perspectives d’évolution. Il peut alors devenir source de motivation et d’engagement pour les collaborateurs, ces derniers se sentant écoutés, considérés.

Quand je parle d’évolution, elle est ici vue au sens large. Cela peut être :

  • un changement de poste (promotion ou mobilité interne),
  • une modification des missions du collaborateur (mission avec une plus grande valeur ajoutée ou ajout d’un rôle de tuteur par exemple),
  • une évolution du type de projets traités (participation à des projets transversaux par exemple)
  • la simple adaptation à l’évolution du poste, de nouveaux outils, etc.

Pour le collaborateur :

L’entretien professionnel est l’opportunité de prendre en main son projet professionnel. Il peut ainsi s’informer sur les possibilités d’évolution, définir ses perspectives professionnelles et impulser la mise en place des actions nécessaires à leurs réalisations.

Le bilan obligatoire dès 2020

Après chaque entretien, un compte-rendu écrit est réalisé en deux exemplaires. Il reprend les principaux points abordés, la conclusion et les perspectives d’évolution, s’il y a lieu. Ce compte-rendu est alors signé par les deux interlocuteurs (salarié et employeur).

Tous les six ans de présence du salarié dans l’entreprise, l’entretien professionnel comporte un objectif spécifique : élaborer un état des lieux récapitulatif du parcours professionnel du salarié.

Concrètement, l’employeur doit s’assurer que :

  • 1 / le salarié a bénéficié d’un entretien professionnel tous les deux ans
  • 2 / le salarié au cours de ces six années :
    • a suivi au moins une action de formation ;
    • a acquis des éléments de certification (diplômes, CQP, etc.) ;
    • a bénéficié d’une progression salariale ou professionnelle (changement de responsabilité / de poste)

Sanctions

Pendant les 6 ans considérés, chaque salarié doit avoir réaliser des entretiens professionnels tous les 2 ans et avoir suivi une formation « non-obligatoire ». Une formation est considérée comme obligatoire si elle est prévue par la convention collective ou le cadre légal pour l’exercice du métier. Les autres formations sont dites « non-obligatoires ».

Si ce n’est pas le cas, pour les entreprises de plus de 50 salariés, le Compte Personnel de Formation du salarié sera abondé par l’entreprise d’un montant de 3 000€ pour chaque salarié concerné, qu’il soit à temps complet ou à temps partiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *